paris

Ça y est !

"Quoi ça y est ? Tu as été édité ?"

Que nenni, rien de nouveau depuis "Lettres Majuscules". Enfin si, je suis sur un nouveau projet d'écriture dont le titre de travail est "Jah n'est plus" mais qui pourrait devenir "Toi, petit Raphael". Je n'en dit pas plus pour le moment mais je vous assure, les trente pages que j'ai, ça déchire grave, je suis très fier de moi et c'est assez rare pour le souligner.

Donc pour revenir à l'affirmation de départ : ça y est ! J'ai tout changé. J'ai quitté mon amour de ville qui me faisait trop souffrir.

"Paris, je t'aime mais je te quitte, tu me fatigues, tu me stresses, nous, c'est plus comme avant, on ne sort plus, on ne se parle plus. Ton métro, je peux plus le piffrer et tes gens, ils sont trop nombreux, je ne supporte plus de partager une partie de mon sommeil en leur compagnie (oui, je dormais sur tous mes trajets allers et retours les derniers temps). Paris, à cause de toi et de ton hyperactivité, je ne lisais plus depuis presqu'un an, l'écriture était devenue une douce utopie, Monsieur Zoloft était devenu plus qu'une béquille, un véritable ami.

Paris, je t'ai quitté mais je te le promets, je reviendrai te voir car je t'aime plus que jamais. Et c'est parce que je t'aime que je te quitte. Tu me manques tous les jours mais tous les jours je suis heureux de ne plus faire partie de toi. Mon temps libre a doublé, la vie tourne au ralenti. Non en fait la vie est normale, c'est chez toi que la vie défile, que la terre tourne. Tu bouges, tu bouges et si on ne bouge pas en cadence avec toi, si par malheur,  on s'arrêtepour reprendre son souffle, on perd l'équilibre, on tombe, on se cogne à tes parois.

Je vis désormais dans la cité de Gones. Une ville qui est digne de toi, une petite soeur qui n'est pas dépourvue de charme et qui m'accueille.
Grace à ce changement radical de vie, je redécouvre les joies de la lecture (je viens de terminer "Les lisières" d'Olivier Adam, et je reprend la lecture de "La Belle Année" de mon amie Cypora Petitjean-Cerf), les joies de la musique (je viens de m'acheter un coffret des plus grands titre de blues, un autre de musique classique et deux albums de Norah Jones), les joies de l'écriture (et qu'est-ce que c'est bon). "

L'ordre semble revenir, ma plume frétille de nouveau, j'ai faim...